L'histoire du drapeau

On peut reconnaître une certaine familiarité entre le drapeau de Charles Martel de Hongrie et le Grand Union Flag, aussi appelé Continental Colors, Congress Colors, First Navy Ensign ou encore Cambridge Flag. Il n'a jamais eu de statut officiel, mais fut de fait le premier emblème de l'United States Navy après la Déclaration d'indépendance.

Utilisé pour la première fois sur un navire le 3 décembre 1775 sur le fleuve Delaware par l'officier John Paul Jones, d'après ses propres dires, il a été utilisé par la suite durant la Guerre d'indépendance, notamment par le général George Washington : il fut hissé en sa présence lors de la lecture publique de la Déclaration d'indépendance, le 6 juillet 1776 à New York. Ce drapeau était constitué des treize bandes horizontales blanches et rouges, mais le canton était le drapeau du Royaume-Uni de l'époque, avant l'ajout de la croix de saint Patrick représentant l'Irlande.

Il semble que le dessin ait été changé en suivant la proposition de Francis Hopkinson de faire figurer des étoiles. Il était l'un des signataires de la Déclaration d'indépendance et aurait aussi participé à la création du Grand sceau des États-Unis. Il a en effet demandé au Sénat un paiement pour le travail effectué, ce qui lui a été refusé par le Sénat au motif qu'il était déjà fonctionnaire et qu'il n'était pas la seule personne ayant contribué à ces modifications. Il reste néanmoins le seul dont la revendication de la paternité de l'idée est documentée.

Dans cette première version, bien que ce n'ait pas été précisé à l'époque, le nombre treize (de façon certaine pour les étoiles) représentait les treize États d'origine (Connecticut, New Hampshire, New York, New Jersey, Massachusetts, Pennsylvanie, Delaware, Virginie, Caroline du Nord, Caroline du Sud, Géorgie, Rhode Island et Maryland). Aucune distinction n'était alors faite de ce point de vue entre les étoiles et les bandes. Ainsi, lorsqu'en 1795 le drapeau fut modifié à la suite des entrées du Vermont (en 1791) et du Kentucky (en 1792) dans l'Union, le nombre d'étoiles et le nombre de bandes passèrent à quinze

Ce drapeau est celui de la république fédérale, cependant chaque État fédéré possède également son propre drapeau. Emblème représentant les États-Unis dans leur complexité, le drapeau est perçu tantôt comme un symbole de liberté garanties par la Constitution, tantôt par les opposants à la politique des États-Unis comme un symbole de l’impérialisme et du militarisme américains.

Drapeau du Président

Drapeau du Vice- Président

Le drapeau des États-Unis, surnommé Stars and Stripes (littéralement « étoiles et bandes »), The Star-Spangled Banner (généralement traduit par « bannière étoilée », et qui est également le titre de l'hymne national des États-Unis) ou encore Old Glory, est le drapeau national et le pavillon national des États-Unis. Il se compose de treize bandes horizontales rouges et blanches d’égale largeur disposées alternativement (7 rouges et 6 blanches), et d’un canton supérieur (côté mât) de couleur bleue parsemé de cinquante petites étoiles blanches à cinq pointes arrangées selon neuf rangées horizontales.

Les treize bandes représentent les treize États fondateurs qui se sont unis pour former les États-Unis d'Amérique ; de même qu'initialement il n'y avait que treize étoiles. Ces bandes sont cousues l'une à l'autre (et non pas imprimées) pour symboliser l'union ainsi scellée entre les États fondateurs.

Occasions d'usage du drapeau par des civils Drapeau des États-Unis Le drapeau peut être sorti tous les jours de l'année entre l'aube et la tombée de la nuit. Un éclairage approprié permet de laisser le drapeau sorti de nuit. Le drapeau ne doit pas être sorti si les conditions météorologiques ne s'y prêtent pas, sauf s'il s'agit d'un modèle qui le permet. La sortie du drapeau est conseillée plus particulièrement les jours suivants : Jour de l'an ;

21 janvier - intronisation du président des États-Unis (Inauguration Day) ;

12 février - anniversaire de Lincoln ; 3e lundi de février - anniversaire de Washington (Presidents Day) ;

Dimanche de Pâques ;

2e dimanche de mai - Fête des Mères ;

3e samedi de mai - Armed Forces Day ;

Dernier lundi de mai - Memorial Day (en berne jusqu'à midi) ;

14 juin - Jour du drapeau (Flag Day) ;

4 juillet - Independence Day, fête nationale ;

1er lundi de septembre - Fête du Travail ;

17 septembre - Constitution Day ;

2e lundi d'octobre - Jour de Christophe Colomb ;

27 octobre - Navy Day ;

11 novembre - Veterans Day ;

4e jeudi de novembre - Action de grâce ;

25 décembre - Noël ;

Sur proclamation par le président des États-Unis ; lors des anniversaires d'entrée des États dans l'Union (date d'admission) ; lors des jours fériés des États. Le drapeau doit être disposé tous les jours près du bâtiment principal de chaque bâtiment gouvernemental et institution publique. Le drapeau doit être disposé dans ou à proximité de chaque bureau de vote les jours d'élection. Le drapeau doit être disposé dans ou à proximité de chaque établissement scolaire les jours de classe.

Le Texas, qui s’étend entre 25°50’ et 36°30’ de latitude nord, et entre 93°31’ et 106°9’ de longitude ouest, offre des paysages variés. L’extrémité septentrionale du Texas se trouve à peu près à la même latitude que la ville de Tunis, alors que le sud est à la même latitude que Louxor en Égypte. La ville la plus à l'ouest est El Paso. Avec 696 241 km2, le Texas est le deuxième État le plus vaste des États-Unis derrière l'Alaska, ce qui explique la variété des paysages. Il est plus grand que la France métropolitaine. Il s’étend sur environ 1 300 km du nord au sud et sur 1 400 km d’est en ouest. La longueur totale de ses côtes atteint plus de 1 000 km

À cause de sa superficie, le Texas se caractérise par des climats variés dont les précipitations et les températures varient selon la latitude et l'altitude. Les précipitations annuelles sont comprises entre 1 538,5 mm dans le comté de Jasper (Texas) à l'est, et 239,5 mm à El Paso à l'ouest. Les températures les plus chaudes connues furent de 49°C relevés à Seymour le 12 août 1936 et à Monahans le 28 juin 1994. Le record de froid connu (−31 °C) a été mesuré à Tulia le 12 février 1899 et à Seminole le 8 février 1933.

Les villes du Texas se sont développées après la Seconde Guerre mondiale comme dans d'autres régions de la Sun Belt. Si le Texas a longtemps été un État rural, plus de 80 % des habitants résident aujourd'hui dans une ville, ce qui en fait l'un des taux d'urbanisation les plus élevés des États-Unis. Les aires métropolitaines de la Sun Belt se caractérisent par une forte croissance démographique : entre juillet 2006 et juillet 2007, la population de Dallas-Fort Worth a augmenté de 162 000 habitants, ce qui représente le record du pays.

En 2006, le revenu moyen des foyers texans était de 44 922 $, soit 3 529 $ de moins que la moyenne nationale. Le revenu moyen était de 22501$/hab,soit 2 766 $ de moins que la moyenne des États-Unis. Le taux de personnes vivant sous le seuil de pauvreté était de 16,9 % en 2006, soit 3,6 points de plus que le taux américain. Le Texas est le huitième État des États-Unis pour le nombre de pauvres. 78,6 % des Texans de plus de 25 ans possèdent au moins leur baccalauréat, contre 84,1 % des Américains : le Texas se place à l’avant-dernière place des États américains.

Le Texas est au premier rang national pour le nombre et la taille des exploitations agricoles. L’État occupe la première place aux États-Unis pour la culture et la production de coton. La diversité des climats et la domination des plaines ou des plateaux permettent de cultiver différentes plantes : le blé dans les Grandes Plaines, le coton dans l’Est, les cultures subtropicales sur le littoral (riz, canne à sucre), fruits et légumes dans la vallée du Río Grande, le ranching dans l’Ouest et le Panhandle. L’élevage ovin est quant à lui pratiqué sur le Plateau d'Edwards. Le bois est exploité dans les forêts de l’Est.

Le Texas a été choisi par la NASA comme le lieu établissement d'un centre de contrôle des vols habités en 1962. Ainsi, le Centre spatial de Houston devient le lieu d'entraînement des astronautes et de commande des vols spatiaux de la NASA. En 2011, le retrait des navettes spatiales après 30 ans de service laisse en suspens l'avenir du centre.

La cuisine texane s’apparente à celle du Sud des États-Unis qui mélange diverses traditions : la soul food est une spécialité de la communauté afro-américaine à base de friture accompagnée de riz et de sauce piquante. La cuisine cadienne n’est pratiquée qu’à l’est du Texas. Ainsi on peut dire que la variété gastronomique au Texas passe par le Tex Mex, la soul food, les ingrédients officiels de l'État et le chili con carne.

Le Texas détient le record du nombre d’aéroports aux États-Unis. L’aéroport international de Dallas-Fort Worth est le plus étendu du Texas, le deuxième du pays et le quatrième du monde. En termes de trafic de passagers, il arrive en quatrième place des États-Unis188 et en sixième position mondiale. Il dessert 135 destinations aux États-Unis et 40 vers l’étranger.


HAWAII

Le nom Hawaii provient du mot hawaïen Owhyhee (lexicalisé en anglais). Les Espagnols sont les premiers Européens à visiter les îles. Le capitaine James Cook vole les cartes et se rend sur les îles en 1778 et les nomme les « îles Sandwich » (en l'honneur du comte de Sandwich). Ce nom a duré jusqu'à ce que le roi Kamehameha Ier, artisan de leur unité, fonde le royaume d'Hawaï en 1810. En Français, on rencontre indifféremment les orthographes Hawaii et Hawaï, la deuxième forme étant plus répandue comme dans le titre de série télévisée Hawaï police d'État. Le titre du roman de James A. Michener est, lui, orthographié Hawaii. De même pour l'adjectif hawaïen ou hawaiien (cette dernière forme étant nettement moins répandue). En hawaïen, un coup de glotte (okina), représenté par l'apostrophe inversée (‘), sépare les deux i.

Les îles hawaïennes furent habitées initialement par des Polynésiens (probablement des voyageurs des îles Marquises) il y a environ 1 500 ou 2 000 ans. Malgré des contacts sporadiques avec les autres Polynésiens, cette société a vécu dans un important et long isolement. Pendant la majeure partie de leur histoire, les îles d'Hawaï furent gouvernées indépendamment par des monarques locaux, les ali‘i.

D'une superficie totale de 16 760 km2, Hawaï est peuplé de 1 427 538 habitants (2017). La capitale et plus grande ville de l'État est Honolulu, située sur l'île d'Oahu. Hawaï est bordé par l'océan Pacifique nord.

Hawaï a un climat tropical typique, bien que les températures soient moins extrêmes grâce aux alizés qui soufflent de l'est. En été, les températures maximales pendant la journée sont d'environ 31 °C, et les températures minimales sont d'environ 24 °C. En hiver, les températures maximales sont d'environ 28 °C, et les températures minimales ne descendent pas souvent plus bas que 18 °C. Hawaï n'a généralement que deux saisons : la saison sèche (avec moins de pluie) entre mai et septembre, et la saison humide (plus de pluie) entre octobre et avril. Il neige parfois en hiver aux sommets de Mauna Kea et Mauna Loa, les deux volcans les plus hauts à Hawaï. Le Mont Waialeale, sur l'île de Kauai, avec 11 684 mm par an, a la deuxième plus grande hauteur de précipitations annuelle du monde.

La géographie d'Hawaï est très variée à cause de ses grands volcans. Avec Tahiti, les îles Marshall et Tuamotu, Hawaï est l’un des points chauds les plus étudiés par les géologues. Une instabilité de couche limite située à la base du manteau terrestre engendre un panache thermique (formé de matière solide comme le reste du manteau) qui en arrivant à proximité de la surface subit une décompression adiabatique qui produit du magma par fusion partielle ; comme les plaques de la croûte terrestre sont en mouvement, une série de volcans voient le jour puis s’éteignent au fur et à mesure que la plaque pacifique passe au-dessus du point chaud. Cela explique la forme de l'archipel hawaïen, en chapelet d’îles et de guyots. Les volcans d’Hawaï sont de type « volcans-boucliers ».

En juin 2006, c'est après avoir visionné le film de Jean-Michel Cousteau (Voyage to Kure) que le président George W. Bush fait classer les îles du Nord-Ouest d'Hawaï comme monument national. Ces îles constitueront alors la plus grande zone marine protégée du monde à l'abri de la pêche commerciale. D'une superficie de plus de 350 000 km2, ce nouveau monument national s'étire sur près de 2 300 km, comprend une dizaine d'îles inhabitées ainsi qu'une centaine d'atolls et abrite également de nombreuses espèces en danger.

Honolulu  est la capitale et la plus grande ville de l'État d'Hawaï, aux États-Unis. Elle est aussi le siège du comté d'Honolulu, sur la côte sud-est de l'île d'Oahu. En hawaïen, honolulu signifie « baie abritée » ou « lieu d'abri ». Lors du recensement de 2010, Honolulu comptait 337 256 habitants, soit près du tiers de la population de l'ensemble du comté qui comprend toute l’île d'Oahu, ainsi que les îlots au nord-ouest de l'île de Niihau

Honolulu est connue pour son quartier touristique sur la plage de Waikiki, et pour le cratère volcanique Diamond Head. Honolulu est aussi le siège du campus principal de l'université d'Hawaï, située à Manoa, le quartier universitaire de la ville. La base navale de Pearl Harbor, connue comme étant le lieu de l'attaque japonaise du 7 décembre 1941 qui provoqua l'entrée en guerre des États-Unis lors de la Seconde Guerre mondiale, se trouve à une quinzaine de kilomètres à l'ouest de la ville. Honolulu est aussi la ville natale de Barack Obama, le 44e président des États-Unis.


Les Navajos se divisent en plus de cinquante groupes, et leur mode de filiation est transmis par les femmes (clans matrilinéaires). Les Navajos ne doivent ni se marier ni même sortir avec un membre de leur propre clan : cette obligation constitue un véritable tabou. L'unité sociale de base est une famille (très) élargie dont les membres ont une gamme complète de responsabilités. Bien qu'il existe des logements modernes dans la réserve, de nombreux Navajos continuent à construire les hogans traditionnels et à y vivre; les logements construits par l'État leur servent alors de « réserve ». Il s'agit de maisons coniques faites d'une armature de bois et recouvertes de terre, pourvues d'un trou pour la fumée au sommet et d'un passage étroit et couvert servant d'entrée. Contrairement aux habitations en béton et fibrociment, elles ont comme principales qualités de rester fraîches en été (malgré les fortes températures extérieures) et chaudes en hiver. Les villages comportent aussi une ou plusieurs maisons de sudation.

La spiritualité navajo est fondée sur le culte de la nature, et de l'harmonie (« hozho ») qu'elle recèle. Elle met en jeu un certain nombre de divinités qui interviennent occasionnellement dans les affaires humaines, notamment « Coyote », allégorie du mal. Coyote peut se manifester par un accident, une catastrophe, mais aussi par la méchanceté, ou toute attitude humaine non respectueuse du Dineh (peuple Navajo), de ses tabous et de l'harmonie. L'état d'hozho est lié à la santé, la beauté, l'ordre et l'harmonie. Le malade est considéré chez les Navajos comme celui qui a rompu cet équilibre fixé une fois pour toutes.

La base de leur économie de subsistance est fondée sur des troupeaux de moutons et de chèvres, quelques bovins et chevaux, et des emplois occupés dans divers secteurs, notamment le tourisme. Les Navajos fabriquent aussi de la poterie et de la vannerie et sont réputés pour leurs bijoux en argent et leurs belles couvertures solides. Au milieu du XXe siècle, la production de pétrole et la découverte de riches gisements minéraux sur les terres de la réserve modifient considérablement leur économie.

Leur langue est si particulière qu'elle fut utilisée pendant la Seconde Guerre mondiale dans la guerre du Pacifique : les services secrets américains employèrent des auxiliaires navajos qui traduisirent dans leur langue les messages les plus confidentiels avant qu'ils ne soient chiffrés. Cette technique empêcha les services secrets japonais de casser le code américain. De ce fait historique a été tiré le film Windtalkers : Les Messagers du vent (2002) de John Woo, ainsi qu'un épisode de la série X-Files.

Les Navajos ont nommé certains rochers, dont la forme caractéristique représente un animal, une personne ou symbolise leur histoire. Ainsi on peut observer « le Grand Chef indien », « l'Aigle impérial », « l'œil qui pleure », « les Trois Sœurs » et « la Botte de cowboy ». Il y a les roches jumelles appelées The Mittens et aussi le Totem Pole (un doigt pointant vers le ciel).

Monument Valley connaît un climat désertique avec des hivers froids et des étés chauds. Ces derniers sont toutefois tempérés par l'altitude de la région : alors que la température excède 32 °C durant 54 jours en moyenne par an, elle dépasse rarement 38 °C sur les hauteurs. Les nuits sont fraîches, avec des températures qui chutent rapidement après le crépuscule. L'hiver, malgré le froid, les températures restent généralement positives en journée et descendent rarement en dessous de 18 °C. De minces précipitations neigeuses sont possibles mais elles fondent généralement en un jour ou deux.

De 1945 à 1967, des mines ont été exploitées dans la partie sud de la région, pour extraire le minerai d'uranium découvert en 1942 de façon dispersée dans la formation de Chinle ; du vanadium et du cuivre lui sont associés dans certains des gisements. La première mine exploitée de manière industrielle a été ouverte en 1948. L'exploitation minière s'est totalement arrêtée dans le district de Monument Valley en 1969, après avoir produit 3 900 tonnes d'oxyde d'uranium, plus que ce qui a été produit dans tout autre district minier d'Arizona.

De nos jours, Monument Valley se visite en voiture. Les visiteurs déambulent dans un chemin caillouteux avec leur propre véhicule, pourvu que le bas-de-caisse soit suffisamment haut, ou avec des guides amérindiens. En effet, ce parc se trouve dans la réserve des Navajos, ce sont eux qui récoltent les droits d'entrée (non-inclus dans le pass des parcs nationaux américains). Il est préférable d'effectuer la visite de ce site remarquable avec un guide Navajo, qui permet l'accès à des zones interdites aux visiteurs non accompagnés. Il est également possible de visiter ce site à cheval avec un guide amérindien.









La route 66

 

De Chicago à los Angeles

The mother road🇺🇸

La route 66 est une ancienne route américaine qui reliait Chicago(illinois) à Sanaa Monica (californie) entre les années 1926 et 1985.

Sa longueur a beaucoup varié au gré des années et des remaniements de son tracé,notamment à partir de 1937,où la route 66 a cessé de desservir la ville de santé Fe,au Nouveau Mexique.

Après 1937 La longueur est de 2278 miles(3665kms) Tandis qu’avant cette date elle faisait 2448miles(3665kms).

La route 66 traverse trois fuseaux horaires et 8 états D’est en ouest: illinois,Missouri,kansas,oklahoma,texas,Nouveau Mexique,arizona et californie.

La route 66 a été officiellement déclassée en 1985.si elle n’a péplum d’existence officielle,elle conserve un caractère mythique et est sans doute la plus connue des routes américaines.

Depuis le début des années 1990,des mouvements se sont créés pour assurer sa préservation. La route est à nouveau fléchée sous le nom de historic route 66 .

Elle est un des lieux principaux de l’action du roman de john Steinbeck,les raisins de la colère,adapté en 1940 au cinéma par John Ford. Le film d’easy rider a été tourné sur une partie de la route 66(notamment à Santa Monica,à Topoket à Flagstaff.

Le compositeur Bobby Troup a écrit et composé la chanson route 66,interprétée entres autres par Nat King Cole,Chuck Berry,les Rolland Stones ou Dépêche mod.

 

Cadillac ranch

Le Cadillac Ranch est une sculpture monumentale exposée en plein air à Amarillo, au Texas, et qui constitue l'une des attractions jalonnant l'ancienne route 66, aux États-Unis. Conçue en 1974 par Chip Lord, Hudson Marquez et Doug Michels, tous trois membres du groupe d'architectes Ant Farm, elle consiste en un alignement de dix épaves d'automobiles de marque Cadillac plantées dans le sol.

Les automobiles, implantées environ tous les cinq mètres suivant un alignement est-ouest, sont à demi-enterrées dans le sol, le capot en avant, et presque à la verticale — en fait, elles sont supposées former avec le sol le même angle que les faces de la pyramide égyptienne de Khéops, sur le plateau de Gizeh.

Ces dix modèles représentent l'évolution de la gamme entre 1949 et 1963 :

1949 Cadillac Club Coupe (aka Sedanette)

1950 Cadillac Series 62 Sedan 

1954 Cadillac Coupe DeVille

1956 Cadillac Series 62 Sedan 

1957 Cadillac Sedan

1958 Cadillac Sedan

1959 Cadillac Coupe

1960 Cadillac Sedan (Flat top)

1962 Cadillac 4 Window Sedan

1963 Cadillac Sedan

L'œuvre est visible depuis l'autoroute et, bien qu'elle soit située sur un terrain privé, sa visite est tacitement encouragée, dans la mesure où il n'est pas fermé et qu'un chemin est aménagé. Les visiteurs sont aussi encouragés à graffiter les voitures, qui ont depuis longtemps perdu leurs couleurs originelles. Elles sont d'ailleurs régulièrement repeintes dans différentes couleurs afin de renouveler l'espace d'expression offert aux visiteurs.

 

 

La ville de Pontiac est le siège du comté de Livingston illinois

Le rêve Américain 🇺🇸