Un autobus scolaire est un véhicule de transport local adapté au transport d'enfants aux États-Unis et au Canada, spécialement conçu et fabriqué pour le transport des enfants du domicile à l'école. Ils sont obligatoirement peints d’une couleur « jaune-orange » pour des raisons de visibilité et de sécurité. Les autobus scolaires de grandeur complète peuvent transporter de 59 à 90 passagers. Le plus important constructeur d'autobus scolaire nord-américain se trouve aujourd'hui à Saint-Jérôme au Québec. 

Aux États-Unis, chaque année, environ 480 000 autobus scolaires publics parcourent plus de 6 milliards de kilomètres et transportent quotidiennement 25 millions d’enfants à des écoles ou des activités scolaires. Les autobus scolaires représentent environ 10 milliards de voyages d’élèves chaque année. 

La réglementation relative à la construction et la mise en service des autobus scolaires est assez uniforme à travers l'Amérique du Nord. Aux États-Unis, le transport scolaire est de juridiction mixte. L'ensemble des lois et règlements fédéraux sont administrés par la National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA), l'agence fédérale américaine chargée de la sécurité routière, qui est responsable de fournir aux états les normes minimales applicables ainsi que les subventions nécessaires à leur application.

Les états sont responsables d'établir leurs propres lois et règlements, mais ces règles font l'objet de lignes directrices consensuelles mises au point par le National Safety Council et, généralement, les états suivent et appliquent ces consensus. Au Canada, chaque province est également responsable d'établir ses propres lois et règlements en matière de transport. Par exemple, au Québec, la législation adoptée est assez représentative des us et coutumes du reste de l'Amérique du Nord, mais s'en distingue principalement par la langue d'usage qui est le français au lieu de l'anglais. Historiquement, le Canada est tributaire de l'évolution du développement industriel et des normes aux États-Unis. 

Voici quelques faits marquants de la règlementation des autobus scolaires :

Les panneaux d'arrêt utilisés sur le côté latéral des autobus scolaires sont les mêmes que sur la route, c'est-à-dire un panneau stop (panneau arrêt au Québec). Aux États-Unis, c'est le règlement no 131 de la National Highway Traffic Safety Administration qui dicte la norme pour le panneau stop. Lorsqu’un autobus scolaire met en marche ses feux intermittents et déploie son panneau d'arrêt, les véhicules le suivant ou le rencontrant doivent s’immobiliser. Ne pas respecter l’arrêt obligatoire dicté par un autobus scolaire est une infraction au code de la route et les amendes varient d'un état à l'autre aux États-Unis et d'une province à l'autre au Canada. Par exemple, au Québec, cette infraction peut donner lieu à une amende de 200 $ à 300 $ et entraîner une perte de neuf points d’aptitudes sur le permis du conducteur fautif.

Avant de passer à un passage à niveau, un chauffeur d’autobus scolaire doit actionner ses feux de détresse et s’immobiliser devant le chemin de fer pour vérifier s’il n’y a pas de train en vue. Ne pas le faire constitue une infraction pour le chauffeur. Par exemple, au Québec, il risque de perdre neuf points d’aptitudes. Si un chauffeur d’autobus scolaire se retrouve derrière un autre autobus affecté au transport scolaire dont les feux intermittents sont en marche, il doit actionner lui aussi les feux intermittents et le signal d’arrêt obligatoire de son autobus.

Certains de ces véhicules, après leur service en Amérique du Nord, sont acheminés en Amérique centrale ou du Sud, où ils servent d'autobus ou d'autocars et sont éventuellement repeints et décorés. Ils sont alors parfois nommés chicken bus. 


10 voitures de police américaines les plus marquantes

Parmi les voitures américaines les plus mises en avant au cinéma, les voitures de police tiennent le haut du pavé pour assurer l’inévitable poursuite entre les flics et les bandits. Rares en sortent indemnes. Hommage aux victimes des tournages.

#8 Chevrolet Bel Air 1955-1957

La berline Chevrolet la plus populaire des fifties était aussi l’alliée des forces de l’ordre. A sa sortie, la Bel Air offre des performances remarquables grâce à son V8 265ci accouplé à une boite automatique Powerglide. Le magazine Popular Mechanics annonce un 0 à 100 km/h en 12,9 secondes. En parallèle, la Chevy affiche de réels progrès en matière de maniabilité. De sérieux atouts pour intéresser la police.

#5 Dodge Monaco 1974

Rendue célèbre par les Blues Brothers, la Monaco maintient une cote assez élevée et stable depuis quelques années, ce qui est rarement le cas pour les berlines 4 portes de cette décennie. Elle est de plus en plus difficile à trouver, notamment si l’on exige autre chose qu’un clone du film. Ce dernier est d’ailleurs responsable de la mort d’un bon paquet d’entre elles au cours du fameux carambolage le plus ridicule de l’histoire en plein Chicago.

#1 Plymouth Fury/Dodge Monaco 1975-1978

Elle est à la fin des années 1970 ce que la Crown Victoria est à la fin des années 2000. Rustique, archaïque mais robuste et coupleuse. Les flics l’adorent, surtout avec le 440 sous le capot ! Les particuliers n’en veulent même pas si on leur offre . La berline devient la chair à canon préférée des tournages de séries télés. Aujourd’hui, elle fait partie des mythes du paysage automobile américain.

#4 Chevrolet Caprice/Impala 1977-1990

En 1977, les Caprice/Impala rendent les Plymouth Fury davantage “has-been”. Leur ligne très carrée (on les surnomme les “boxy Caprice”, rapport aux formes carrées des boites), leur volume et leur poids réduits les ancrent davantage dans la norme des années 1980 (lire Chevrolet Caprice 1977, le bon virage au bon moment). Les mécaniques sont solides et éprouvées dans la gamme depuis plusieurs années.

#6 Dodge Diplomat/Plymouth Gran Fury 1980-1989

Plus compactes mais tout aussi nerveuses, les Diplomat/Gran Fury convainquent les services de police de nombreuses grandes villes américaines. Les versions police les plus musclées avaient droit au V8 360ci en option. Chez Chrysler, on la trouve en version plus luxueuse sous le nom “LeBaron” jusqu’en 1981 puis “Fifth Avenue” jusqu’en 1989.

#7 Dodge St Régis 1979-1981

ATTENTION: TRÈS RARE! Très fortement inspirée de la Chevrolet Caprice – sortie 2 ans plus tôt – la St Regis connaîtra une carrière très courte. Elle succède aux Dodge Monaco. De nombreux policiers regretteront ces dernières et leur fameux V8 440 face auquel le 360ci de la St. Regis est un peu à la traîne en terme de performances. La petite originalité esthétique de la Dodge réside dans la plaque de protection transparente des phares qui s’ouvre lorsqu’on les allume.

#2 Ford LTD Crown Victoria 1983-1991

Apparue en 1978, elle repose sur la nouvelle plateforme Panther plus compacte et plus légère pour faire face à la nouvelle Chevrolet Caprice arrivée un an avant. Parmi ses derniers rôles marquants, on peut noter son apparition dans le premier volet de Men in Black. « L’agent K » y possède un modèle 1986 qui a la capacité de se transformer en véritable « dragster de l’espace » (la fameuse scène du tunnel). Le préfixe LTD disparaît en 1992.

#9 Chevrolet Caprice 1991-1996

Comme la Crown Victoria, elle succombe aux sirènes du biodesign en 1991 (cette fois-ci, on la surnomme “bubble” – ou bulle – voire “beached whale” – ou baleine échouée – pour ses détracteurs). Les « fender skirts » (ailes cachant les roues arrières) sont supprimés en 1993 pour rajeunir la ligne. Elle y perdra beaucoup en charme. En 1994, le V8 5,7l LT1 de la Corvette est proposé. La Caprice 1994 devient ainsi la plus puissante berline américaine.

#3 Ford Crown Victoria 1998-2011

La Crown Vic’ pour les intimes était le dernier dinosaure de l’industrie automobile américaine jusqu’en 2011, dernière année de production (lire Ford Crown Victoria, le dernier dinosaure). Sa mise en retraite aura fait des malheureux dans la police, aucune héritière n’encaissant aussi bien les traitements extrêmes. Heureusement pour eux (et pour nous), il en reste encore un bon paquet en circulation et on trouve des pièces à fois

#10 Dodge Charger 2006-2014

Des gros V8 gavés en chevaux, des boites auto à 5 puis 8 rapports, une gueule musclée… il n’en fallait pas moins pour enthousiasmer la police américaine, pas très enjouée par les alternatives à la Crown Victoria ! Pour une fois qu’une Dodge Charger est du côté de la police…





Américars (Fast N' Loud en version originale) est une émission télévisée de la chaîne Discovery Channel avec Richard Rawlings et son équipe du garage Gas Monkey Garage basé à Dallas au Texas. Lors de l'émission, les personnages recherchent des voitures anciennes qu'ils restaurent dans un but lucratif. L'émission mélange des épisodes de téléréalité et des sketchs dans le thème de l'épisode. L'émission a été un succès aux états-Unis dès sa première saison. En France, elle est diffusée sur RMC Découverte. En Italie, elle a d'abord été diffusé par DMAX, puis par Motor Trend et Discovery Channel. Au Japon, l'émission est visible sur Ameba TV.

Richard Rawlings est un entrepreneur américain et une personnalité des médias. Il est la vedette de l’émission de télé-réalité Américars (Fast N' Loud en version originale). Il est propriétaire du Gas Monkey Garage ainsi que des salles de concert Gas Monkey Bar N' Grill et Gas Monkey Live à Dallas au Texas. Rawlings est né le 30 mars 1969 à Fort Worth, au Texas. Enfant, il assiste à des salons de l'automobile avec son père. Il achete son premier véhicule à l'âge de 14 ans. Au cours des six à sept années suivantes, il obtient son diplôme à la Eastern Hills School et travaille comme officier de police, pompier et ambulancier paramédical.

En 1999, Rawlings crée la société d’imprimerie et de publicité Lincoln Press qu'il revend en 2002 pour investir dans le Gas Monkey Garage à Dallas. Le garage crée des automobiles pour des clients du monde entier. Depuis 2012, cette installation est au cœur de la série Américars.

En septembre 2013, Rawlings ouvre le Gas Monkey Bar N' Grill dans le nord-ouest de Dallas. Un deuxième emplacement à l'Aéroport international de Dallas-Fort Worth ouvre ses portes en mars 2014. En octobre 2014, il investit dans le Gas Monkey Live, une salle dédiée principalement à la musique live. La même année, Rawlings présente des publicités télévisées faisant la promotion des véhicules Dodge. Le 12 mai 2015, Rawlings publie sa première autobiographie intitulée Fast N' Loud: Blood, Sweat and Beers.

Aaron Kaufman est une personnalité de la télévision américaine et le propriétaire d’Arclight Fabrication, une entreprise de Dallas qui fournit des composants de rechange pour les camionnettes Ford F-100. Il participe à l'émission Américars comme mécanicien en chef de Gas Monkey Garage avant de lancer sa propre émission télévisée intitulée Shifting Gears avec Aaron Kaufman le 5 mars 2018.

La saison 1 débute le 6 juin 2012 et se termine le 8 décembre 2012 pour un total de 14 épisodes. Elle est tournée sur Reeder Road à Dallas. L’équipe du Gas Monkey Garage travaille dans l’arrière-cour, tandis que Rawlings a son bureau dans un pré-fabriqué. On découvre Sue Martin, une immigrante taïwanaise, travaillant chez ASM Auto Upholstery, une entreprise qui se trouve à proximité et spécialisé dans la couture. KC Mathieu, un ami de longue date d'Aaron et propriétaire de KC's Paint Shop, fait partie de l'équipe habituelle du GMG, il est peintre. Scot McMillan, Jr., du Scot Rods Garage, quitte l'équipe à la fin de la saison pour travailler dans son propre garage. Au cours de la saison, Rawlings embauche comme secrétaire assistante Christie Brimberry qui devient un personnage récurrent de la série.

Reconnaissez-vous cette Ferrari ? Toujours pas ? C'est la Ferrari F40 qui a été filmée en 2013, lorsque Gas Monkey Garage l'a achetée alors qu'elle était accidentée. Pour leur émission "Fast N' Loud" (ou Américars) diffusée sur Discovery Channel, Richard Rawlings et Dennis Collins ont présenté cette Ferrari F40. Elle était rouge, gravement froissée, mais elle a été complètement restaurée afin de lui offrir une seconde vie. L'équipe de Gas Monkey Garage a profité de l'occasion pour augmenter la puissance du moteur V8 à 550 ch, et ils ont ajouté un embrayage en Kevlar, des amortisseurs réglables, des jantes HRE etc.

En 2014, cette voiture a été vendue aux enchères par Barrett-Jackson au tarif de 742'500 dollars (646'302 euros). L'enchère fut remportée par Reggie Jackson, un célèbre joueur de baseball. Mais l'histoire ne s'arrête pas là. Un an plus tard, en 2015, la supercar est une nouvelle fois vendue aux enchères, où elle a trouvé preneur à 643'500 dollars (559'980 euros). Le nouveau propriétaire est Richard Scott, qui a dernièrement été arrêté par la police car il aurait détourné près de 13 millions de dollars. Le gouvernement américain a saisi tous les biens de ce dernier, dont la Ferrari F40 noire.







Le mois prochain un autre modèle made in usa